LE RESEAU SPECIALISTERNE

La communauté internationale Specialisterne

Fondation Specialisterne

La Fondation Specialisterne est une organisation à but non-lucratif, qui travaille à créer 1 million d’opportunités d’emploi pour les personnes autistes et les personnes avec d’autres spécificités cognitives. La fondation est propriétaire de la méthode et de la marque Specialisterne ainsi que de l’entreprise Specialisterne Danemark.

l
La Casa Batlló

La Casa Batlló

La Casa Batlló, le premier lieu culturel confié à des personnes neuroatypiques

Au cœur de Barcelone, parmi les monuments d’exception créés par l’architecte de génie Antonio Gaudí, se trouve l’incontournable Casa Batlló : une merveille architecturale classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Sa richesse est culturelle ; ses trésors sont également humains. Cette maison-musée a comme particularité de confier ses visiteurs à l’attention d’une équipe essentiellement constituée de personnes neuroatypiques (44 sur une cinquantaine d’employés). Ils ont été sélectionnés, recrutés et formés à leurs nouvelles fonctions d’accueil par des job-coachs de Specialisterne Espagne. « La Casa Batlló est la première entité culturelle au monde à s’engager pleinement dans la neurodiversité, en faisant appel aux services de Specialisterne. Nous avons formé des personnes autistes, TDAH, ADD, dyslexiques,… pour accompagner les visiteurs lors de leur visite et recevoir les clients dans la boutique Symbolic. » indique Diana Bohórquez*, Directrice de l’agence de Madrid, Specialisterne Espagne.

La société Specialisterne possède une vaste expérience de plus de 15 ans dans le monde de l’autisme, et grâce à cette opportunité offerte par Casa Batlló, elle a ouvert le recrutement à des personnes avec d’autres spécificités que l’autisme (TDAH, dys…) : un nouveau défi passionnant lancé par la Direction de la maison-musée. 

« Ce projet nous permet de montrer que c’est possible ! […] Quand on lance un pilote, c’est souvent à la suite d’une rencontre avec une personne courageuse, qui nous dit vouloir contribuer un petit peu à changer le monde et que son travail ait des répercussions sur la qualité de vie des personnes »
Diana Bohórquez

Les responsables de la Casa Batlló valorisent la richesse de la diversité au sein de leur équipe. Ils reconnaissent chez leurs salariés des qualités inestimables, dont celle de leur donner accès à une autre vision du monde. Les personnes neuroatypiques rencontrent plus d’obstacles que d’autres dans leur insertion professionnelle. Ce projet permet donc de soutenir l’emploi et de faire tomber les stéréotypes de la société en montrant que ces personnes peuvent occuper des fonctions de relation avec le public dans des espaces culturels.

« Ils apprécient vraiment le contact avec les visiteurs, surtout qu’ils maîtrisent une ou plusieurs langues étrangères »
Diana Bohórquez

Un autre lieu touristique en lien avec l’architecte catalan a manifesté sa sensibilité aux sujets de la neurodiversité en proposant un parcours de visite adapté aux personnes autistes. Il s’agit du Centre Gaudí qui retrace les œuvres et la vie de l’architecte, situé dans sa ville natale de Reus. Cette adaptation fonctionne aussi pour tout le monde puisqu’il s’agit de rendre les explications plus explicites, notamment par l’utilisation d’images. L’objectif est que chacun puisse vivre pleinement une expérience par les sens (vue, toucher, ouïe…), afin de mieux comprendre l’artiste et ses créations.

Peut-être pourrions-nous voir dans ces engagements un hommage indirect à Antonio Gaudí, dont certains reconnaissent des caractéristiques de l’autisme Asperger, notamment au regard de l’originalité et du caractère exceptionnel de son œuvre.

Leslie Servouze
*interview réalisée pour l’émission Protagonistas Digitales diffusée sur le site IVOOX le 20/11/21 (47’) https://www.ivoox.com/fr/neurodiversidad-antonio-gaudi-audios-mp3_rf_78537383_1.html
 
Aéroports: une épreuve évitable ?

Aéroports: une épreuve évitable ?

Partout dans le monde, les agents de sécurité des aéroports sont entraînés à repérer certains signes du langage corporel, pour choisir leurs contrôles renforcés. Ils recherchent dans la foule des passagers ceux qui évitent le contact visuel, se déplacent avec rigidité, ou dont le langage non-verbal manque de spontanéité… Manque de chance pour les adultes autistes, il s’agit de comportements qu’ils sont susceptibles d’avoir en situation de stress… Comme peut l’être le passage de la sécurité dans un aéroport. Selon les chercheurs du centre Aaspire, qui étudie la vie des adultes autistes aux Etats-Unis, ces derniers sont beaucoup plus susceptibles de subir des contrôles invasifs lors d’un voyage.

Bien sûr, tout le monde connaît le stress de l’aéroport. Les horaires serrés, le poids des bagages, les queues et les terminaux bondés. Mais pour les personnes autistes de tous les âges, ce stress peut se transformer en une épreuve décourageante. De nombreux parents d’enfants autistes, ainsi que des adultes, renoncent à tout voyage par crainte de l’aéroport et de l’avion.

 

Les aéroports s’adaptent… mais pas partout

Pour enrayer ce phénomène, de plus en plus d’aéroports anglo-saxons ont cherché à transformer l’expérience de voyage des personnes neuroatypiques. L’objectif : offrir aux parents d’enfants autistes et aux adultes neuroatypiques le même niveau d’aménagement dont disposent les personnes handicapées moteur.

Aux Etats-Unis, l’aéroport de Pittsburgh est un pionnier. En 2019, une « salle sensorielle », conçue comme un havre au cœur du chaos, a été ouverte dans son terminal.  Pour ceux qui le demandent, le personnel propose aussi des répétitions de l’embarquement pour diminuer le stress, et ses agents de sécurité sont entraînés à différencier le langage corporel des personnes neuroatypiques. Peu à peu, ces efforts sont en train de devenir la norme. En 2021, une quarantaine d’aéroports américains ont déjà rejoint le programme dédié « Wings for Autism ».

Au Royaume-Uni aussi, de plus en plus d’aéroports adoptent un système d’aide pour les « handicaps invisibles ». La plupart des grands aéroports anglais proposent des guides conçus pour les personnes neuroatypiques, ainsi que des bornes d’informations dans les terminaux et des cordons d’identification dédiés. Gatwick dispose de sa propre salle sensorielle et Newcastle a adopté un « passeport autisme » qui donne la priorité lors des contrôles de sécurité.

En France, pour l’instant, l’accessibilité des aéroports est loin d’être arrivée sur les radars. A ce jour, aucun grand aéroport français ne propose de service spécifique pour les personnes autistes, à l’exception des demandes d’assistance pour personnes handicapées.

Titouan Lemoine

 

Liens :
Article NatGeo : https://www.nationalgeographic.com/travel/article/how-airlines-are-making-travel-easier-for-autistic-passenger
L’attitude des aéroports français en un tweet : https://twitter.com/parisaeroport/status/1085587904494292992
NPR sur l’aéroport de Pittsburgh : https://www.npr.org/sections/health-shots/2019/08/08/746936601/kids-and-adults-with-autism-flying-easier-in-pittsburgh-with-airports-help
Aaspire : aaspire.org
Une liste des aéroports anglais avec des services dédiés : https://www.airport-parking-shop.co.uk/blog/uk-airports-need-step-assistance-autism/