LE RESEAU SPECIALISTERNE

La communauté internationale Specialisterne

Fondation Specialisterne

La Fondation Specialisterne est une organisation à but non-lucratif, qui travaille à créer 1 million d’opportunités d’emploi pour les personnes autistes et les personnes avec d’autres spécificités cognitives. La fondation est propriétaire de la méthode et de la marque Specialisterne ainsi que de l’entreprise Specialisterne Danemark.

l
La Pépinière des Talents

La Pépinière des Talents

Un tremplin pour les jeunes DYS en décrochage scolaire : La Pépinière des Talents

Article de Lucie Felix, du 26 avril 2024
La Pépinière des Talents

La Pépinière des Talents est une association à l’origine de la première prépa-apprentissage à destination de jeunes TDAH ou DYS (dyslexie, dysphasie, dyspraxie, dyscalculie, dysgraphie, dysorthographie) âgés de 16 à 19 ans. Pour beaucoup en décrochage scolaire, la plupart reprendront les études via des formations en alternance ou s’insèreront durablement dans la vie active à l’issue des 36 semaines du programme.

Specialisterne a pu interviewer Marine FOUREST RAYMOND, fondatrice et directrice de l’association, pour en apprendre davantage sur cette prépa.

Apprendre aux jeunes à connaître leurs particularités cognitives, leurs faiblesses et leurs forces

Ici, pas de cours de français, de maths ou d’histoire-géographie classiques, même si consolider les bases des apprentissages et renforcer l’acquisition de savoirs reste au programme. Les apprentissages spécifiques sont adaptés à ces élèves neuroatypiques. L’objectif est d’aider ces jeunes à trouver une orientation qui leur convienne, dans laquelle ils puissent s’épanouir, tout en travaillant leur savoir-être, leur estime et leur confiance en soi.

Cela passe d’abord par mieux se connaître, mieux connaître ses particularités cognitives et développer des outils pour les vivre sereinement.

Dans le pôle savoir-être, l’équipe pédagogique travaille en lien avec plusieurs experts ou intervenants spécialisés, conseillés par l’association AtoutDys et par des professionnels de la rééducation (orthophoniste, neuropsychologue, psychomotricien, ergothérapeute…). Sur les deux jours de la semaine consacrés au “savoir-être”, les élèves pourront – par exemple – assister à une intervention d’un neuropsychologue leur expliquant les spécificités du spectre DYS, les aidant à mettre des mots sur leur différence, à exprimer leurs ressentis autour de celle-ci. Le lendemain, ce pourra être l’intervention d’une sophrologue leur présentant plusieurs méthodes de gestion du stress, par la respiration, le massage des mains… L’après-midi, chacun met en pratique pour s’approprier les exercices enseignés et identifier ceux qui seront le plus facile à utiliser au quotidien. Une journée est consacrée si besoin à la médiation, au traitement d’un sujet d’actualité, avec du sport l’après-midi ou un atelier animé par l’un des étudiants ayant un savoir-faire particulier. Quoi de mieux pour aider à développer sa confiance en soi que d’être mis à la place du “professeur”, de celui qui enseignera aux autres élèves l’art des origamis, ou toute autre compétence particulière développée.

Des ateliers aidant à comprendre le monde de l’entreprise

Les deux jours restants sont réservés au pôle d’orientation et découverte professionnelle. Au-delà d’ateliers classiques où les étudiants apprendront à préparer un CV, rédiger une lettre de motivation, d’autres visent à enseigner les règles du monde de l’entreprise aux étudiants, à définir ce qu’est une compétence et les aider à identifier les leurs. Là aussi on retrouve des ateliers leur permettant de mieux se connaître, de développer des outils et des savoirs-être qui leur serviront dans la durée. Cela peut consister en un travail sur la posture, la tenue, ou encore en du théâtre d’improvisation pour mieux prendre en compte les différences de chacun  dans le fonctionnement d’une équipe. La spécificité des DYS est, toujours, pleinement prise en compte : on apprendra aux jeunes comment en parler en entreprise, mais aussi les droits dont ils disposent.

Des étudiants acteurs de la sensibilisation à leurs particularités

La découverte va dans les deux sens, puisque c’est aussi l’occasion pour les jeunes d’animer des ateliers “dans la peau d’un DYS”.
Pour vous mettre quelques instants dans la peau d’une personne dyspraxique, on pourra vous proposer de tenter de nouer vos lacets avec des gants de boxe aux mains.
Ces ateliers peuvent être l’occasion de prises de conscience, d’un dialogue entre les personnes porteuses de troubles du spectre DYS et les autres.

Une inclusion réussie dans 80% des cas

Les résultats sont bien concrets : à l’issue de ce programme atypique, 80% des étudiants repartent en formation. C’est par exemple le cas d’Elena, multi dys en phobie scolaire à son arrivée, qui voulait travailler dans le domaine de la petite enfance mais ne trouvait pas d’emploi. Très proche de la nature, elle s’est découvert un talent comme fleuriste à l’occasion de son stage. “Elle a de l’or dans les mains.” dira même son maître de stage. Aujourd’hui elle a repris les études, et sa deuxième année de CAP se passe bien. Aymeric aussi est reparti en formation après son passage à La Pépinière des Talents : d’abord un BPREA polyculture élevage en alternance dans la ferme familiale pour soutenir sa mère, et aujourd’hui une formation dans le domaine de l’artisanat, sa passion. À son arrivée à La Pépinière, cela faisait pourtant 2 ans qu’il était sorti du système scolaire. Très renfermé et parlant peu au début de l’année, c’est lui qui a présenté la prépa à la radio à la fin de la formation.

Vers un jour d’autres Pépinières des Talents ?

Cette prépa est gratuite pour les étudiants, et tient à le rester : 80% du budget provenaient jusqu’à présent du plan d’investissement dans les compétences du ministère du Travail, via une expérimentation qui a touché à sa fin en décembre 2023. Aujourd’hui, ce dispositif unique est en danger : faute de financements, la rentrée 2024 semble fortement compromise pour ces jeunes. La recherche de financement fait donc partie des activités actuellement cruciales pour le projet : si vous avez des compétences ou des pistes en la matière, nous vous invitons à contacter rapidement la directrice, Mme Marine FOUREST-RAYMOND, qui est par ailleurs partante pour accueillir en formation une équipe souhaitant reproduire le projet ailleurs qu’en Isère. L’ensemble des actions menées tout au long de l’expérimentation prépa-apprentissage ne seront quoiqu’il arrive pas perdues : elles serviront de base pour développer des modules spécifiques pour les jeunes neuroatypiques inscrits en CFA.