LE RESEAU SPECIALISTERNE

La communauté internationale Specialisterne

Fondation Specialisterne

La Fondation Specialisterne est une organisation à but non-lucratif, qui travaille à créer 1 million d’opportunités d’emploi pour les personnes autistes et les personnes avec d’autres spécificités cognitives. La fondation est propriétaire de la méthode et de la marque Specialisterne ainsi que de l’entreprise Specialisterne Danemark.

l

Depuis notre création chez Specialisterne, nous avons croisé une multitude de gens formidables (éducateurs, psychologues, écrivains, journalistes, musiciens, chefs d’entreprise,…), neuroatypiques ou pas. Nous avions envie de les interviewer et de les mettre à l’honneur sur nos réseaux sociaux mais sous un angle particulier, afin qu’ils puissent nous parler de leurs projets mais aussi de ce qui les anime et ce qui les touche profondément.

Après une dizaine d’années en tant qu’ éducatrice spécialisée dans l’accompagnement  d’enfants autistes en établissements spécialisés, dans des associations et au domicile des familles, Marine Ysambert a décidé de créer un outil qui lui manquait profondément dans son métier, pour coordonner et centraliser la prise en charge pluridisciplinaire autour de l’enfant (orthophoniste, psychomotricienne,…)  C’est ainsi qu’est née Origin’ailes, une application web et mobile pour mieux vivre l’autisme au quotidien, dont Marine est la CEO. En novembre dernier, elle a reçu le trophée “Femmes Entrepreneuses” à l’occasion du HandiTech Trophy.

Marine nous a fait la joie de répondre à notre Interview Atypique : 

Si vous deviez expliquer votre métier à un enfant de 5 ans en une phrase, comment le feriez-vous ?

Mon métier c’est de m’occuper d’enfants handicapés, qui ont besoin de quelqu’un tous les jours avec eux pour apprendre des choses qui pour toi sont très simples mais qui pour eux sont parfois très compliquées comme : apprendre à parler, à manger seul, s’habiller seul, apprendre à compter etc.

Marine Ysambert Origin’ailes

Quelle est votre anecdote de travail préférée ?

Ce que je préfère avec les enfants TSA c’est leur franchise à toute épreuve. Une forme de vérité brute qui peut parfois mener à des situations malaisantes pour l’entourage ou peu conventionnelles pour les personnes extérieures.
Je me souviens d’une fois lors d’une sortie au supermarché dans le cadre de l’autonomie pour un apprentissage « faire ses courses » avec un jeune de 14 ans. Après des mois à travailler sur les aliments sains et les aliments à éviter pour ne pas prendre de poids, nous nous dirigeons donc en direction du supermarché avec une liste d’aliments en main. Les courses se passent bien et arrivés à la caisse, mon jeune de 14 ans, regarde la personne derrière nous, regarde la composition de son caddie et tout fier dit à très haute voix : « le monsieur il va devenir très gros ».
Petit moment de flottement que ce client n’oubliera je pense pas de sitôt 😊

Quelle est la chose que vous préférez dans votre métier, et celle qui vous pose le plus de problèmes ?

Ce que je préfère dans mon métier, c’est la diversité des profils des personnes enfants, ado ou adultes que j’accompagne au quotidien. Le fait de devoir continuellement m’adapter, réfléchir, et proposer des solutions concrètes, efficaces et adaptées aux besoins de la personne. J’ai parfois l’impression d’être la traductrice des besoins des personnes avec TSA, prendre le temps de comprendre la difficulté et le besoin exprimé ; de devoir le traduire et le communiquer à nouveau aux personnes accompagnantes pour qu’ils comprennent. Traduire et faciliter les échanges et les communications pour améliorer le bien-être. C’est très satisfaisant lorsqu’après de longs moments de frustration, de difficultés, de mal être parfois, on parvient enfin à trouver la clé et de pouvoir proposer la solution qui améliore le quotidien de tous. Il a cette forme de reconnaissance qui vaut milles mots, milles mercis.  C’est directement palpable et ça me remplit de joie. Dans ces moments-là on a l’impression d’être un super héros.

A contrario, ce qui peut y avoir de très frustrant dans ce métier, c’est lorsqu’on pense enfin avoir trouvé une solution sur un problème donné, mais que cette solution n’est pas facilement applicable uniquement à cause de moyens financiers, humains, environnementaux ou sociétaux.
Ça nous pousse sans cesse à trouver des alternatives qui malheureusement sont parfois moins efficaces que si l’on avait pu mettre en place la première solution. 


Par exemple : Emmener un jeune sur une sortie à l’extérieur pour répondre à son besoin et envie de sortir du cadre habituel, mais ne pas trouver de lieux qui s’adaptent aux caractéristiques sensorielles du jeune. 

Qu’est-ce qui agace les autres mais que vous faites tout le temps ?

Parfois quand je suis avec mes amis, je réalise que par déformation professionnelle, j’anticipe beaucoup les choses et les place malgré moi dans un cadre très protecteur et infantilisant.
Je me souviens d’une fois, lorsque nous attendions mes amis et moi le métro et qu’une fois arrêté à la station j’ai attrapé par la main un de mes amis pour le conduire à l’intérieur de la rame. C’est seulement installés à l’intérieur et par le regard interrogatif de mon ami que j’ai réalisé ce que je venais de faire 😊 

Si vous pouviez apprendre n’importe quelle langue instantanément, laquelle choisiriez-vous ?

Il n’y en a pas qu’une que j’aimerais apprendre. Mais si je devais choisir j’aimerais apprendre l’espagnol et la langue des signes.

Un personnage de fiction / un artiste / un univers qui vous faisait vibrer étant enfant ?

Au risque de paraitre un peu banale dans ma réponse, j’ai comme beaucoup de personnes de ma génération été bercée par l’univers de Disney (ce qui m’a par ailleurs beaucoup servi lors de mes prises en charge, connaissant toutes les répliques de n’importe quel Disney).

Quelle est votre chanson la plus écoutée en ce moment ?

Dans ma playlist une chanson tourne en boucle depuis maintenant des années sans jamais que je m’en lasse : We can be heroes de David Bowie ; Cette chanson me touche et me parle beaucoup. 

 

 

Marine Ysambert superheroe
Illustration réalisée par une IA, basée sur les réponses fournies lors de l’interview

Nous déménageons sur une planète extraterrestre, malheureusement vous ne pourrez plus jamais manger ce que vous mangez sur terre. Quel sera votre dernier repas avant de partir ?

Une paella.

Si vous pouviez échanger votre vie avec n’importe qui pour une semaine, qui choisiriez-vous et pourquoi ?

J’aimerais beaucoup pouvoir vivre une semaine dans la peau d’un comédien(e) ou d’un(e) chanteur(se). Avoir ce pouvoir de faire vibrer autant de gens en exerçant son talent a quelque chose de très attrayant. En particulier d’avoir le pouvoir de générer autant d’émotions.

En ce moment, quelle est l’activité qui prend plus de temps dans votre quotidien qu’elle ne devrait ?

Boire du café ! je l’avoue, le temps passé à boire du café devrait être largement réduit… 

Quels sont vos projets ou votre projet pour les prochains mois ?

Depuis maintenant trois ans, j’ai créé ma société de services et d’outils pour accompagner les familles et les différents professionnels de la prise en charge des personnes avec TSA. Il s’agit de la société Origin’ailes. Je m’y consacre 24h/24 et 7j/7 ; dans les prochains mois nous lançons une campagne de crowdfunding pour nous soutenir sur le développement de la deuxième version de notre application éponyme.